La PRK (kératectomie photoréfractive) est utilisé lorsque le patient n’est pas un candidat pour le LASIK, par exemple dans les cas où le patient a initialement les yeux très secs, une cornée trop mince ou encore, une irrégularité à la surface de la cornée. En traitant en surface, sans lame, nous pouvons arriver à des résultats comparables au LASIK, sans augmenter les risques.  De plus, l'ajout d'un médicament durant une trentaine de secondes (Mitomycine C à faible concentration) élimine littéralement les risques de grisaille cornéenne (Haze).

 

La PRK est une procédure non-invasive, sans lame, où aucun instrument n’est en contact avec la cornée.  Ceci permet l’ablation de l’épithélium et du défaut de vision d’un seul geste de façon plus précise et ainsi, des risques amoindris de complications, surtout lorsqu’il s’agit d’un retraitement.

 

Nous opérons les deux yeux en même temps.  Après l'intervention, une lentille cornéenne thérapeutique (qui tient lieu de pansement) devra être portée pendant environ quatre jours afin de diminuer l'inconfort postopératoire. 

 

Durant les 24 à 72 premières heures, il peut y avoir douleur, inconfort, larmoiement et sensations de picotement.  Des analgésiques en gouttes diminuent efficacement ces malaises.  Vous aurez également des gouttes ophtalmiques à mettre pendant un mois, une prescription vous sera remise.  Les premiers jours suivant la chirurgie, la vision peut varier jusqu'à la stabilisation complète (en moyenne trois mois après la chirurgie). L'acuité visuelle peut être difficile pendant la première semaine.  Une convalescence d'au moins 7 jours est recommandée, selon le type d’emploi.

Vous êtes un candidat à cette chirurgie, consultez le guide du patient (guidelaser.pdf) afin de connaître toutes les informations pertinentes pour bien planifier votre intervention.